Loader

Latifa RAAFAT

Elle naît dans une famille nombreuse (cinq frères et deux sœurs). Fréquentant l’école primaire de Sidi Omar, où elle fait partie de la chorale, elle participe en 1978 au Club des talents et obtient le titre de meilleur chanteuse, ce qui la fait repérer par le ministère de la Culture qui la choisit pour représenter la Tunisie au troisième Festival arabe pour les jeunes organisé en Irak. Elle y présente des morceaux du patrimoine musical tunisien et de la chanteuse Oum Kalthoum.

En 1983, peu après la mort de son père, Latifa et sa famille se rendent en Égypte pour s’y recueillir. Durant cette période, elle rencontre le compositeur Baleegh Hamdi qui lui suggère de rester en Égypte dans l’intérêt de sa carrière. Néanmoins, celle-ci souhaite se concentrer sur son éducation : elle retourne donc en Tunisie pour terminer ses études secondaires au lycée Khaznadar où elle est aidée par son professeur Taoufik Thouidi et chante avec l’artiste Oussama Farhat qui a aussi fréquenté ce lycée durant sa jeunesse. Lors de l’une de ses représentations, elle rencontre le musicien Ali Sriti qui lui donne des cours journaliers de chant et d’oud. Pourtant, en raison de problèmes financiers, elle ne peut retourner en Égypte et suit donc le collège en Tunisie, apprenant alors la littérature néerlandaise durant une année et demi. Sa famille décide tout de même de l’aider à réaliser son rêve en l’envoyant en Égypte. Latifa quitte donc le collège et rejoint l’Académie arabe de musique du Caire où elle obtient un bachelor. À ce jour, et malgré son emploi du temps chargé, elle préparerait son master.

Durant ses études en Égypte, elle se produit en direct sur une station de radio. C’est alors que le compositeur Mohammed Abdel Wahab l’entend et se rend deux jours plus tard à l’académie pour la trouver, ce qui étonne beaucoup Latifa qui, à cette époque, chante principalement de longues chansons tarab mais s’intéresse aussi à d’autres répertoires. Elle commence donc à travailler avec le compositeur Ammar Al Sherai’ei et le poète Abdulwahab Mohammed qu’elle avait rencontré durant sa première visite au Caire.

0 Réflexions sur “Latifa RAAFAT”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *